Atelier d’écriture : le questionnaire de Proust, avantages et inconvenients.

Pour ce troisième atelier, nous avons utilisé une variante du « questionnaire de Proust » afin de mettre au jour les grands traits d’une possibilité de personnage. Attention, il s’agissait d’un jeu en vigueur à l’époque de Proust, pas de sa méthode pour créer les personnages ! Vous pouvez trouver l’original facilement sur internet. Voici quelques extraits de l’atelier, avec des contributions des stagiaires. (Merci beaucoup Richard, Anick et Leïla).

Le questionnaire de Proust, un jeu de masques?

Le questionnaire de Proust, un jeu de masques?

Le principe de l’atelier « questionnaire de Proust »: personnage, personne et personnalité.

Le questionnaire de Proust est très pratique pour ébaucher une personnalité, car il nous rappelle les principaux éléments qui permettent de différencier un caractère. Mais est-il suffisant pour créer un personnage? Après avoir utilisé le test pour tracer un portrait schématique, nous avons placé notre ébauche de personnage dans une situation concrète : un trajet habituel.  Il s’agissait donc de voir comme notre petit être allait vivre, regarder, penser ou se mouvoir.

Voici certains des textes écrits lors de cet atelier « questionnaire de Proust » :

Voici le texte de Richard : découvrez Raymond Gabarret

celui de Leïla : découvrez Ernest

celui de Vincent: découvrez Une jeune fille à Londres

et le texte d’Anick : Mademoiselle Berduquet

En action !

En action !

Un petit temps théorique :

A la suite de ce travail, nous avons commencé à réfléchir de façon plus théorique sur la différence entre ce qui avait été créé et un véritable personnage de fiction. Le texte de Richard est particulièrement intéressant à cet égard, parce que son trajet n’est pas seulement un trajet habituel (ah, le respect des consignes !). En réalité, il indique déjà des pistes d’intrigue. Les voyez-vous ?

Et pour finir, voici quelques-unes des questions que nous nous sommes posées :

  • être, paraître, agir

    être, paraître, agir

    Avons-nous la même la connaissance d’un être humain et d’un personnage ?  Qu’est-ce qui change ?

  • Que doit-on prendre en compte de particulier pour la fiction et que l’on ne peut pas trouver en ne traçant qu’un plan de personnalité sur le modèle du questionnaire de Proust ?
  • Qu’est-ce qui fait la vraisemblance d’un personnage ?  (C’est-à-dire que l’on peut croire en lui, suivre son histoire sans se dire, « non, là, ce n’est pas possible »).

Voilà de belles pistes de réflexion, n’est-ce pas ?

Alors pour continuer à méditer, je vous propose une citation de Milan Kundera (L’art du roman) :

Je ne crois pas que la technique du réalisme psychologique soit indispensable (…) Car un personnage « vivant » signifie : aller jusqu’au bout de sa problématique existentielle. Ce qui signifie : aller jusqu’au bout de quelques situations, de quelques motifs, voire de quelques mots dont il est pétri. Rien de plus.

J’espère qu’elle vous inspire !

Comme le prochain atelier fonctionnera de façon différente, sans écrire de texte, je n’en parlerai pas sur le site. Néanmoins, vous pourrez bientôt découvrir l’atelier suivant : travailler la description de son personnage sans ennuyer le lecteur.

© 2015, L'Echangeoir d'écriture. 
© Pixabay (CC0).
© 2015, L'Echangeoir d'écriture.

 

2 réflexions sur « Atelier d’écriture : le questionnaire de Proust, avantages et inconvenients. »

Les commentaires sont fermés.