Une expérience avec un personnage problématique.

Le problème avec mon personnage :

Depuis à peu près trois ans, je reprends régulièrement une nouvelle sur une tueuse à gages. J’ai résolu peu à peu les problèmes de structure et de style. Il me restait un souci avec le personnage. C’était elle la narratrice. Pourtant, j’avais l’impression qu’elle n’était pas présente dans l’histoire, qu’elle n’était qu’une voix. Si j’essayais de l’imaginer, je ne voyais qu’une sorte de grosse tache blanche, du genre ballon de baudruche en train de se dégonfler. Un résultat pas vraiment à la hauteur de mes attentes.un personnage problématique

Pendant longtemps j’ai tourné autour sans « réfléchir ». Je faisais de la relecture basique, changeant un mot par ci, une phrase par là. Evidemment, c’est très utile s’il s’agit de polir le style ou le rythme, mais ça n’aide pas beaucoup pour améliorer un problème de fond.

Au bout du compte, je décidai de prendre le problème à bras le corps et de m’attaquer à ce personnage problématique en dehors même de la nouvelle.

Une idée qui n’a pas marché : détailler  la vie du personnage problématique.

Lorsque la pierre d’achoppement est un manque de profondeur ou de cohérence, c’est certainement une bonne solution que d’en savoir plus sur son personnage. Dans mon cas, le résultat n’était pas à la hauteur de mes espoirs.

Quoiqu’il en soit, j’ai d’abord essayé de faire un résumé, entre le test de Proust et la méthode Truby. Très vite je me suis mise à rédiger. Au bout de 30 pages, non seulement cela ne m’aidait pas, mais en plus je m’étais créé des problèmes supplémentaires.

D’une part je ne prenais pas de recul par rapport à mon premier texte. D’autre part, il me fallait donner des précisions qui n’étaient pas nécessaire dans une nouvelle. Par exemple, la nouvelle se concentre sur une seule mission, pas besoin d’expliquer comment elle en ait venue à faire ce travail. Mais dans un récit long, ça devient nécessaire. Alors, il faut faire des recherches parce que le monde des tueurs à gages, je ne connais pas bien… Et avec tout ça, elle demeurait insaisissable.

L’idée des fiches préparatoires pour les personnages.

Je me suis souvenue des fiches préparatoires aux personnages que j’utilise dans mes ateliers. Evidemment, je me suis sentie un peu bête. On développe des choses pour les autres et on les oublie pour soit…  Bref, j’ ai passé à la moulinette quelques-uns des personnages de tueurs, matons ou mafieux qui m’avaient le plus marqué, en positif ou en négatif. Je me suis rendue compte d’une chose qui aurait dû être dès le début une évidence mais que j’avais laissé quelque part dans les limbes. J’aime les personnages complexes, les personnages qui évoluent. Or mon personnage était tout d’une pièce, cadre personnage problématiquedu genre grande méchante et elle le restait du début à la fin. Quelques heures plus tard, elle avait des faiblesses et quelques qualités. En plus, je commençais à lui trouver des possibilités de transformation. Et tout cela sans sortir du cadre souhaité pour la nouvelle.

 

Deuxième point que j’ai (re)découvert grâce à ces fiches : je n’aime pas quand les personnages sont trop décrits. Mais je ne suis pas très à l’aise non plus quand ils ne sont pas décrits du tout. Là j’en revenais à mon ballon de baudruche. Dans mon texte, il n’y avait qu’une seule allusion à son physique : à un moment, sa cible lui touche la main. Pour faciliter la visualisation, il y a mieux ! J’allais devoir lui donner, même de façon très imprécise et rapide, une silhouette, des détails.

Le rapport au réel

Donc, les fiches préparatoires aux personnages m’avaient ouvert des voies.Désormais, il fallait trouver comment s’y engager. Pendant un bout de temps encore (oui, cette nouvelle a vraiment été un exercice de patience), j’ai essayé de convaincre mon imagination de trouver un physique à cette fichue tueuse à gage. Je ne voulais pas d’un physique de série ou de film d’espion, mais quoi sinon ? Enfin, un jour dans la rue, j’ai repéré les détails qui me manquaient. Ce n’était pas seulement l’apparence mais aussi l’attitude, la façon dont la personne habitait son corps. Résultat, j’ai rajouté deux phrases dans ma nouvelle, une au début, une à la fin et enfin, j’ai eu le sentiment de voir mon personnage.

Pour en finir avec les personnages problématiques :

En conclusion, ces fiches ne seront jamais une baguette magique et elles ne vous trouveront pas toutes les solutions. Mais je crois qu’elles peuvent nous aider à prendre du recul, à trouver des références et donc des idées. De plus, le fait de verbaliser ce qui plait ou pas permet de mieux savoir ce que l’on veut faire. Enfin, elles sont de formidables moteurs pour une imagination qui n’est pas lâchée dans la nature mais qui est mise au service de votre désir d’auteur.

Problématique le personnage?