Joseph Campbell, Les héros sont éternels, des étapes pour créer un héros

L’objet du livre de Campbell : découvrir la structure interne du parcours héroïque

Le livre de Campbell[1] analyse mythes et  contes pour en découvrir la structure.  Facile à lire, avec des extraits de contes à l’intérieur des explications, il suggère beaucoup d’idées. Sur certains aspects cependant, le texte est assez fantaisiste. N’allez pas y chercher des vérités psychanalytiques! Mais c’est une vraie mine si vous souhaitez des informations pour organiser vos histoires ou découvrir (de façon très rapide) comment les narrations peuvent influencer les lecteurs.

Campbell, le voyage du héros

Utilisation et adaptation : dans quel type d’écriture ?

Bien sûr, Campbell s’intéresse au conte, mais si vous faites attention aux étapes proposées, vous verrez qu’elles sont adaptables à bien d’autres genres. Fantasy, aventure, polar, roman initiatique ou d’apprentissage…  Tous contiennent et utilisent ce type de structure. On sait d’ailleurs que l’ouvrage a servi pour le scénario de Stars War ou  Matrix. Donc, une excellente trame que vous la suiviez… ou que vous la détourniez !

Le voyage du héros, douze étapes clés.

Dans son livre Campbell présente trois grands moments de l’évolution du héros qui contiennent chacun plusieurs éléments (étapes de séparations, étapes d’initiations, étapes de retour). En réalité, le plus intéressant, c’est qu’à partir de ce livre, douze étapes ont été catégorisées, permettant ainsi d’obtenir une structure « idéale » du parcours héroïques.

Campbell douze étapes héros

Les voici résumées pour vous :

  • Le monde ordinaire : étape introductive pour décrire l’univers du l’histoire. Le héros ne se démarque pas encore.
  • L’appel de l’aventure : un pays lointain, une forêt, un sous-marin, un geste maladroit… c’est l’élément perturbateur qui intervient (à vous de trouver à quel(s) texte(s) les exemples renvoient !).
  • Réticences du héros : le personnage a ses limites. Cette étape permet de voir ce qui est « perfectible » en lui.
  • La rencontre du « guide » : une figure protectrice qui servira de mentor.
  • Le passage du seuil : il faut sortir du cocon protecteur et prendre des risques. Dans les contes, il y a pour symboliser ce moment, des torrents, des dragons… A vous de trouver comment dire le point de non-retour dans votre histoire.
  • Les épreuves, alliés et ennemis : ils préparent le héros à l’épreuve suprême, lui permettent de se tester et d’acquérir de nouvelles capacités.
  • Le lieu dangereux : il peut s’agir d’un lieu ou d’une rencontre, qui servira de cadre ou d’enjeu à la dernière épreuve.
  • Épreuve suprême :  le héros affronte la mort (même symbolique)
  • Appropriation de l’objet de la quête (qu’il s’agisse d’une situation sociale, d’une conquête amoureuse, d’un objet…)
  • Retour et parfois nouvelles épreuves avant de ramener l’objet de la quête.
  • Le héros, transformé par l’expérience acquiert un nouveau statut (mariage, position sociale, reconnaissance de son art…).
  • Retour au monde ordinaire : personnage perd son statut de héros pour laisser la place à d’autres quêtes.

On trouve des parcours similaires dans les contes bien sûr, mais aussi dans les mythes de passage à l’âge adulte. Il est même discernable dans La flûte enchantée, L’éducation sentimentale et certains romans contemporains !

Intérêt du parcours :

L’intérêt principal de ce parcours n’est pas d’avoir une structure à respecter à la lettre, mais plutôt de jouer avec. La garder en toile de fond permets d’avoir des moments symboliques pour faire évoluer l’histoire et le personnage. Enfin, cela donne une strate de significations supplémentaires au texte et permet aussi d’en vérifier l’harmonie et l’organisation.

A vous donc, de vous amuser avec !

[1] Le livre a été traduit sous deux titres différents : 
Le héros aux mille et un visages ou Les héros sont éternels.
© Pixabay, CC0
© 2015, L'Echangeoir d'écriture