Les nouvelles de l’été: Jeux de cons! 1/2

Tout la troupe du 15ième FPP de Hamble était rassemblée sur le tarmac. Les esprits étaient encore embrumés par les festivités du nouvel an mais ils commençaient à saisir la gravité de la situation. L’officier exposait l’ampleur du coup qui avait été porté à l’ensemble des aérodromes du front nord. Personne n’avait envisagé un tel scénario pour le premier jour de cette année 45. Ils étaient donnés KO et voilà qu’ils se relevaient. Le briefing terminé, la base fut prise d’une effervescence soudaine. Le personnel courrait dans toutes les directions. Dernières informations météo prises, situation de la ligne de front vérifiée, fiches de mission attrapées, tous se dirigèrent vers les appareils. La jeep, chargée de sept pilotes convoyeuses, roulait à vive allure, ne réduisant sa vitesse qu’une fois arrivée au pied de chacun des appareils. Parachute sur le dos, cartes et masque sous le bras gauche, Susan s’agrippait au montant du pare-brise avec son autre bras. On lui avait assigné un Spitfire PRXI, un avion taillé pour la reconnaissance photographique. Il était attendu à Melsbroeck, au squadron n°16 de la 34ième escadre.

La voiture ralentit à nouveau, c’était son tour. Elle sauta en marche et se dirigea vers son taxi. Le mécano venait de finir les dernières vérifications et l’aida à s’installer dans le cockpit. Une fois la check list terminée, elle jeta un dernier regard dehors et démarra le moteur. L’hélice commença à tourner dans un bruit de tonnerre, les pots d’échappement crachant de longues flammes bleues.spitfire envol L’avion s’élança. Il fallait faire attention, le risque de collision était partout. Coup d’œil à droite, coup de frein, virage à gauche, le seuil de piste fut atteint rapidement. Autorisée à décoller, les gaz à fond, elle prit de la vitesse. Quelques coups au palonnier pour tenir les embardées et déjà l’avion ne touchait plus terre. La piste défilait à vitesse croissante. Tout en prenant de l’altitude, elle escamota le train, ferma le radiateur, ramena l’hélice au pas de croisière et prit le cap de la Belgique.

Une fois en palier, bercée par la symphonie ronronnante du Merlin, son esprit se mit à vagabonder. Elle vivait des moments extraordinaires, elle en était consciente. Selon les standards de la société, sa place était derrière un fourneau, mais pour elle c’était inimaginable…une plaisanterie que sa mère s’acharnait à défendre. Elle se rappelait encore cet après-midi où Mr Hasting, riche propriétaire terrien, était venu la voir pour lui proposer un job en or : « Je suis sûr que vous feriez une épouse exquise. Votre élégance n’a d’égale que votre beauté et vos yeux bleus éblouiront notre foyer ». Il avait apporté un somptueux bouquet de roses. Avec un peu plus de courage, elle les lui aurait fait manger. Mais elle manquait encore d’aplomb pour s’opposer aux convictions imposées par sa mère. Cette dernière ayant commencé les négociations de la dot, elle s’était contentée de ne rien dire mais le lendemain elle signait son engagement dans l’Air Transport Auxiliary. La vie de pot de fleur ne l’enchantait pas ! De ce jour, plus aucune demande en mariage ne vint troubler Susan… Elle allait enfin pouvoir mettre en pratique ses leçons de pilotage. En effet, Mr Hasting lui avait apporté une opportunité en or et quel chemin avait été parcouru depuis ce jour ! Souvent dans la douleur, elle s’était découvert des aptitudes jusqu’alors insoupçonnées mais il lui arrivait de trouver triste et frustrant de faire ces vols de convoyage utiles mais sans gloire.

Elle s’annonça verticale des installations et en profita pour regarder l’état du terrain. Un paysage lunaire se dévoila sous ses ailes. Les bâtiments étaient éventrés, la terre constellée de cratères et de carcasses d’avions encore fumantes. Heureusement, la piste avait été peu endommagée. bombardementEn fin de dernier virage, elle débuta sa finale. Tout s’enchaîna très vite. Train sorti, volets abaissés, avec dextérité et souplesse, elle maintenait le cap. Survolant le seuil de piste, le Spit se posa comme une fleur puis roula jusqu’au dispersal et s’y arrêta. Par des gestes mille fois répétés, elle ouvrit le cockpit et s’extirpa de la carlingue. S’ensuivit un enchaînement de mouvements rapides et précis l’emmenant à la terre ferme. Personne ne vint l’accueillir. Elle avait déjà connu des bombardements mais ce qu’avait subi cette base semblait être d’un niveau au-dessus. Au creux d’un cratère, elle devina un bras et les restes d’une tête. C’était trop pour son estomac… le couvert d’un muret lui permit de vomir sans porter atteinte à sa pudeur.

-Personne n’est préparé à ça !

Elle se retourna en s’essuyant la bouche et dévisagea l’importun. Elle reconnu l’insigne d’un squadron leader. Il la salua et bien qu’il ait du mal à marcher, il lui proposa son aide pour porter son parachute. Aide qu’elle refusa. Elle préféra engager la conversation :

-Vous avez été durement touchés ?

– Une véritable hécatombe, tous les avions ont été plus ou moins endommagés. Il ne reste plus que le votre.

– Et vos pilotes ?

Il fit une courte pause puis raconta ce qui s’était passé : au moment de l’attaque, le personnel était toujours en train de cuver les festivités du nouvel an au mess. La déflagration d’une bombe avait anéanti en une seconde toutes les forces vives de l’escadrille. Ceux qui n’étaient pas morts étaient bons pour un long séjour à l’hôpital. Il devait son salut à un pilier mais sa jambe avait été criblée d’éclats de verre.

Au fond du dispersal, assis à un bureau, l’officier de renseignement les regardait entrer la mine contrariée. L’état major venait de téléphoner, il leur demandait de faire une dernière reconnaissance photographique sur la ligne de front. On redoutait une autre contre attaque allemande. Mais le squadron n’avait plus les moyens de la réaliser. Un avion et pas de pilotes valides, ils avaient beau se retourner le cerveau, aucune solution n’en sortait.

-Je suis volontaire.

A ces mots hésitant, le pilote se retourna, surpris.

spitfire carte

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *