Un été avec Scribbook ou à quoi sert un logiciel d’écriture

Une bonne partie de mes vacances ont été consacrées à l’écriture et de fait, à l’utilisation -très satisfaisante- d’un logiciel dont je vous avais parlé : Scribbook. Pour une reprise motivante, je vous propose donc de découvrir tout ce que son utilisation peut vous apporter.

Comment j’utilise le logiciel d’écriture Scribbook.

Travailler partout, n’importe quand

Vous, je ne sais pas, mais moi, je travaille sur plusieurs ordinateurs, une tablette, des carnets et des feuilles volantes. Scribbook me permet d’avoir un unique support informatique. On peut écrire hors-ligne (à condition d’avoir ouvert avant le site) et on a également le confort de modes de luminosité adaptés au jour et à la nuit. Plus besoin de faire des copiés-collés ou des envois par mail. Le risque de perdre une partie du travail est considérablement réduit.

Scribbook : un Facilitateur d’organisation

Sur votre page d’accueil, vous enregistrez vos différents projets. Lorsque vous en ouvrez un, apparaît sur le côté gauche le mode plan. Il vous permet de garder en visuel l’ensemble des parties de votre travail. Ainsi, vous savez exactement où vous en êtes, sur quelle version, quel chapitre…

apparence scribbook

C’est extrêmement pratique pour un roman : vous pouvez passer d’un chapitre à l’autre tout en ayant une vue général. Quant à moi, j’écris surtout des nouvelles. J’ai pu les grouper thématiquement, en prévision de recueils. Ensuite, pour chacune d’entre elles, je vois mes différentes versions, marquées par des coloris spécifiques ainsi que mes prises de notes, descriptions de projets, notes d’intentions…

Sur le côté droit, on a aussi à disposition un encart « synopsis ». Je l’utilise comme une sorte de post-it pour me rappeler les incontournables du fichier sur lequel je travaille. Je sais, ce n’est pas l’utilisation officielle, mais cela m’aide à rester dans mes objectifs.

Enfin, pour se motiver, on peut évaluer notre productivité:

productivité Scribbook

Alors, est-ce un travail régulier? Bon pas vraiment !

 

Facilitateur de relecture- réécriture

Scribbook peut aussi vous aider dans l’étape de relecture-réécriture. Les mots et signes sont comptés automatiquement. Vous pouvez analyser quantitativement vos fichiers ou vos dossiers : nombre de phrases, de mots, de caractères avec ou sans espaces, répartition entre différents fichiers. Cette dernière fonctionnalité permet par exemple d’évaluer l’équilibre de vos chapitres. Enfin, vous pouvez avoir une analyse « qualitative » selon la méthode Lix afin d’évaluer la « lisibilité » de votre texte. A vous de voir si vous faites confiance à ce genre d’analyse.

analyse Scribbook

 

Vous pouvez aussi comparer deux versions, pour vérifier les transformations apportées, dupliquer rapidement des fichiers ou, une fois terminés, les mettre facilement bout à bout.comparaison Scribbook

Un logiciel facile, maniable, clair

Dernière précision, je suis nulle en informatique (et ne prenez pas ce site pour exemple de mes capacités, c’est Agnès qui fait tout le travail). Si je le trouve pratique c’est qu’il est suffisamment bien fait pour que tout le monde s’y retrouve. En cas de doute, vous pouvez aller sur le groupe Facebook pour demander de l’aide. Jonathan ou à défaut des utilisateurs avertis sont toujours prêts à vous répondre.

Tout ce que l’on peut faire en plus sur Scribbook.

Je suis bien consciente que je n’utilise pas l’ensemble des potentialités de Scribbook. C’est en effet un logiciel qui s’adresse à différents types d’auteurs, il offre une très grande variété d’outils. En voici d’autres qui pourront sans aucun doute vous servir.

  • Les Canvas. Scribbook propose quatre canvas (sorte de schémas) vous permettant d’expérimenter des méthodes d’organisation pour écriture longue de type prose fictionnelle : le canvas simple, le flocon, le voyage du héros, le NanoWrimo. Vous pouvez les découvrir en créant un nouveau projet. Il vous sera proposé de choisir l’un deux, et vous aurez alors accès à un projet avec une maquette accompagnée de quelques explications.
  • Mode défi.  Vous pouvez vous imposer des contraintes de temps, de mots ou de caractères. Pour cela, il suffit d’aller sur l’un des fichiers et de cliquer sur le petit chronomètre. Pour le moment je ne l’utilise pas, parce que j’ai plutôt tendance à écrire trop que pas assez, mais peut-être que j’y aurai recours pour me limiter. A tenter !
  • Se mettre des objectifs. Complémentaire au mode défi, pour chaque projet vous pouvez définir un nombre de mots ou de caractères par jour, mois, ou pour votre projet en entier.
  • NanoWrimo.  Pour ceux qui souhaitent y participer, il y a comme indiqué ci-dessus un Canvas spécifique avec des fichiers journaliers déjà préparés.
  • Syllaber. Avis aux poètes, une aide pour faire ses comptes !

défi scribbook

Ce que l’on pourra bientôt faire

Jonathan, le créateur de Scribbook, a encore des tas d’idées pour améliorer sa plateforme. Parmi les éléments annoncés : des fiches personnages, lier un compagnon mobile… On a hâte. Mais le mieux sera de l’écouter directement : jeudi prochain, il vous dira ce qu’il en pense.

Dernière petite précision, le logiciel d’écriture Scribbook est français et pour l’instant gratuit !