Une interview du créateur du logiciel d’écriture Scribbook, Jonathan Kalfa.

Aujourd’hui, je vous propose d’écouter Jonathan Kalfa, le créateur du logiciel d’écriture Scribbook, dont nous avons récemment parlé. Nous lui avons posé quelques questions afin de mieux connaître sa plateforme d’aide à l’écriture.

logiciel d'écriture Scribbook

Pour commencer, peux-tu te présenter, nous parler de ton rapport à la littérature et à l’écriture ?

Jonathan Kalfa, 37 ans, actuellement développeur, chef de projet et chef d’équipe informatique dans une société qui délivre des services financiers. Je suis marié et papa de trois bouts de chou adorablement chronophage 🙂

Dévoreur de livre, je consomme énormément de Fantasy et de SF. Toutefois je reste ouvert à la lecture légère et aux tranches de vie (Legardinier par exemple).

L’écriture est venue tard chez moi. Vers 2012 si je ne me trompe pas. Je ne sais pas si d’autres gros lecteurs ont eu ce problème, mais, arrive un moment charnière où la quantité de livres fait que la qualité de ce qu’on lit s’en ressent. On devient difficile. Malheureusement, ce qu’il reste en stock (ou PAL) nous oblige à consommer des écrits que l’on n’aurait pas lu sinon. Et c’est là que tout commence : “tiens j’avais deviné la fin à ⅓ du livre”, “mais pourquoi il insiste autant la dessus, ca ne sert pas l’histoire”, etc. Puis vient le décisif : “tiens j’aurais pas écrit ça comme ça.”

A partir de là j’ai commencé gentiment des petits concours de nouvelles. Avant de me dire que je manquais de structure. Et de là : MOOC, livres, logiciels etc.

D’où est venue l’idée de créer un logiciel d’ecriture ?

D’une contrariété… A un moment donné, j’avais assez avancé un premier jet pour vouloir le structurer. Ecrivain en herbe, je consulte un peu google et les collègues d’écriture qui me recommandent Scrivener. Bien sûr avec mes deux enfants (à l’époque, trois depuis ^o^), je crayonne plus sur mes pauses midi que chez moi. Donc je tente l’installation dudit logiciel… et je m’aperçois qu’il faut être administrateur de son poste pour pouvoir l’installer, ce que je ne suis malheureusement pas…

J’avais déjà créé de petits outils d’assistance aux écrivains (ex : Syllaber) et comme je râlais – j’adore râler – quelqu’un m’a simplement dit que si je voulais utiliser ce genre d’outil partout, je n’avais qu’à le créer… Et voilà.

En quoi, d’après toi, utiliser Scribbook est intéressant pour un écrivain, en herbe ou confirmé ?

Souvent l’écrivain en herbe arrive avec son sac à idées, parfois même un premier jet tout prêt. Scribbook peut alors lui apporter une structure solide avec son système de plan hiérarchisé. De plus, certains canevas sont de vrais petits cours d’écriture pour débutant ou confirmé.

Pour un écrivain confirmé, qui a déjà ses habitudes, Scribbook est assez souple pour permettre à celui-ci d’utiliser ses méthodes habituelles. On peut, entre autres choses, créer ses propres modèles de projet. Je fourni aussi des outils comme Syllaber qui permet de découper/compter les vers en respectant les règles de la poésie française, ou les analyseurs de texte qui permettent de suivre la régularité dans le style d’écriture.

Enfin les objectifs d’écriture, le mode sans distraction, le fait de pouvoir écrire partout même en perdant le réseau, etc. ça je pense que tout le monde en profite !

Te sers-tu toi-même de Scribbook pour écrire ? Comment ?

Oh oui… Je l’utilise dès que j’ai un moment pour écrire. Et comme ce n’est souvent pas au même endroit ;-). Comment ? Pas différemment des autres. Pour les nouvelles j’ai un projet “concours”. Pour mon bouquin, j’ai deux projets, pour 2 versions différentes : une à la première personne et l’autre à la troisième.

Peux-tu nous parler des prochaines évolutions pour ton logiciel d’ecriture ?

Au moment de la publication de cet article, Scribbook sera soit en Bêta, soit le sera sous peu. Cette livraison apporte principalement : le mode hors ligne complet, le mode plan par les tuiles et un re-design quasiment complet de l’application.

Suivront deux axes majeurs :

  1. Les personnages : template de fiche personnage préexistant, création personnelle de templates réutilisables à travers vos projets, import de personnages inter projet (pour les histoires en plusieurs tomes par exemple). Ajout des liens Scène/Chapitre <-> Personnage, avec utilisation des alias dans les scènes facilités, etc…
  2. Le Sas de Bêta lecture : La bêta lecture fait partie du processus d’écriture aussi je voudrais permettre aux écrivains de pouvoir organiser cette étape depuis Scribbook. Soit l’auteur a déjà son pool dédié de bêta lecteur et Scribbook permettra de créer des comptes jetables, gérés par l’auteur sur une URL spéciale permettant d’accéder à un sas contenant une version du texte, et par exemple un formulaire, etc. Soit l’auteur “cherche” des bêtas lecteurs et dans ce cas il y aura mise en place d’un système d’échange “Équitable” de bêta lecture entre membre.

Et bien sûr comme ce sont de gros sujets et que j’aime faire des livraisons intermédiaires il y aura sûrement de petits outils (ex : un générateur de pitch, ou une amélioration du mode sans distraction avec des thèmes).

Quel avenir vois-tu pour ton logiciel d’ecriture ? Quelle serait ta plus grande ambition ?

J’aimerais que mon logiciel d’écriture devienne un incontournable de l’assistance à l’écriture. Un logiciel qui vienne à être proposé naturellement lors du nano et des autres concours… Il n’y a pas de miracle, pour que ça arrive, il faut que je continue de l’améliorer constamment.

Je ne souhaite pas devenir riche grâce à Scribbook mais j’aimerais réellement pouvoir en vivre un jour. Aujourd’hui, nous approchons les 1000 inscrits et depuis maintenant plus de 2 ans, Scribbook est entièrement gratuit. Tout est de ma poche.

Aussi, et je ne l’ai jamais caché, Scribbook va accueillir des comptes premiums payants d’ici, je pense, la fin de l’année. L’utilisation basique de Scribbook restera gratuite ! Mais elle sera – contrairement à aujourd’hui – limitée en nombre de projet et de fichier par exemple. Certaines fonctionnalités seront alors réservées aux utilisateurs payants (surtout les futures évolutions en fait).

Un conseil à donner à ceux qui l’utilisent ? A ceux qui vont le découvrir ?

Pour ceux qui l’utilisent : continuez c’est bien 🙂

Pour ceux qui vont le découvrir : j’espère que ça vous plaira ! Mais comme je le répète souvent, si quelque chose ne vous plait pas, ou si vous trouvez qu’il manque quelque chose de vitale au logiciel : je reste complètement ouvert, envoyez-moi vos demandes, vos idées.

Scribbook est autant votre logiciel d’écriture que le mien !